Catégories

Fabricants

LE PETIT JOURNAL 107 DU 10 DECEMBRE 1892. COUR D'APPEL DE PARIS. LILLE COLLECTIONS

LE PETIT JOURNAL 107 DU 10 DECEMBRE 1892. COUR D'APPEL DE PARIS. LILLE COLLECTIONS

LE PETIT

JOURNAL

 

N° 107

10 Décembre 1892

 

VENTE A EMPORTER

Paiement en centre ville

LILLE. GRAND’PLACE.

Place du Général de Gaulle

Vieille Bourse de LILLE

En face du FURET du NORD

 

LILLE COLLECTIONS

Sous les arcades du

Marché de la Vieille Bourse

N°11, GALERIE du THÉATRE

Mardi au Dimanche: 14 à 18H

Plus de détails

LILLE COLLECTIONS

A LILLE. Sous les arcades du Marché de la Vieille Bourse. GRAND’PLACE.

N°11, GALERIE du THÉATRE. Vieille Bourse. Place du Général de Gaulle. En face du FURET du NORD

 

LE PETIT JOURNAL

SUPPLÉMENT ILLUSTRÉ N° 107

 

 

M. PÉRIVIER

PREMIER PRÉSIDENT DE LA COUR DAPPEL DE PARIS.

 

DÉTAILS SUR LE JOURNAL

 

Date de parution: Samedi 10 décembre 1892.

 

Numéro du Petit Journal: 107.

 

Supplément de: Huits pages.

 

État du journal: Très Bon état.

 

Coins du journal: Très Bon état.

 

Format: 310 mm x 450 mm.

 

Particularité: Extrait d’une reliure annuelle.

 

DESCRIPTION DE LA GRAVURE

 

M. PÉRIVIER

 

PREMIER PRÉSIDENT DE LA COUR DAPPEL DE PARIS.

 

Dans quelques jours s’ouvtriront les débats de l’un des procès les plus considérables de ce siècle.

 

Les juges vont avoir à discerner et à établir si, dans cette affaire de Pananma dont le monde entier se préoccuppe, il y a eu erreur ou faute.

 

Il leur faudra séparer les responsabilités et tout le monde attend avec une respectueuse attention leur arrêt.

 

Médisances ou calomnies, de graves accusations ont été portés contres des hommes qui, à cause de la situation à eux donnée par la confiance du pays, devraient se trouver au dessus même du soupcon.

 

Une enquête parlementaire à été décidée et une commission nommée dont le désir d’arriver à la vérité est ardent à ce point qu’un ministre est tombé pour avoir soutenu que la loi ne lui permettait pas de certaines investigations réclamées.

 

Des hommes de sang-froid s’alarment d’une confusion possible, probable même, des pouvoirs législatifs et judiciaires.

 

La commission d’enquête à donc à lutter contre les exaltés, trop prompts à accuser, et les soupçonnent dont l’impatience de se justifier est trop légitime pour qu’on puisse les blâmer.

 

Celui qui aurait pu dire tout, le Baron Jacques de Reinach, distributeur opfficiel et connu des largesses de la compagnie est mort subitement et singulièrement à propos.

 

Ont été jusqu’a dire que des personnes intéressées à ce qu’il gardât le silence l’avaient tue; ce qui est absurdement romanesque.

 

Est-il mort par suicide ou naturellement ? Les deux hypothèses sont suffisamment vraisemblable.

 

Averti qu’il allait être traduit en jutice, effrayé des responsabilités écrasantes qui l’accableraient, il a peu éprouver une commotion assez violente pour déterminer l’attaque d’apoplexie à laquelle sa famille et ses amis affirment qu’il a succombé.

 

Très expert en toxicologie, a-t-il pris du poison, c’est encore très possible et . . . en somme, assez indifférent.

 

Ce qui éclate c’est :

1° Que les événements de ces jours passées ont déterminé sa mort volontaire ou non.

 

2° Qu’il est mort et par conséquence incapable de fournir les documents qu’ont attendait de lui.

 

Ce second point seul est important, et sans d’autres cause cachées on n’eût pas renversé un ministère sur cette question d’autopsie.

 

Je ne crois pas que les résultats obtenus par la commission soient aussi considérables qu’on l’espère ; la vraie bataille s’engagera devant la cour d’appel, saisie extraordinairement au lieu de la chambre correctionnelle à cause du rang dans la légion d’honneur du principal inculpé M. Ferdinand de Lesseps.

 

La sera prononcé le dernier mot de la question.

 

Aucun magistrat n’était plus digne de diriger les débats que M. le président Perivier, dont nous donnons le portrait en première page.

 

Ses antécédents, la haute dignité de sa vie, sont irréprochable impartialité l’auraient désignés seul à la grande tâche qui lui incombe.

 

On peu être assuré qu’il en sera digne et fera honneur à lui-même et à la magistrature française dont il est l’un des membres les plus important.

 

 

© Copyright lillecomics.com

 

Retour à la page Lille Collections

 

JOURNAL

DISPONIBLE

EN CENTRE VILLE

 

© Copyright lillecomics.com

 

Voir: Le Petit Journal. Le Petit Parisien.

 

LIVRAISON

Paiement en centre ville

 

VENTE A EMPORTER Mardi au Dimanche: 14 à 18H

 

© Copyright lillecomics.com

 

Retour à la page Lille Collections

 

JOURNAUX EN CENTRE VILLE

 

NORD. PAS DE CALAIS. MINES.

BRETAGNE. CORSE. PARIS EXPOSITION 1900. MARTINIQUE. POMPIERS. DOUANE.

NAPOLEON. JUGES. AVOCATS. DREYFUS. CORRIDA. CIRQUE. SCAPHANDRIERS…

 

ANGLETERRE. ESPAGNE. RUSSIE.

ALLEMAGNE. AUTRICHE. BELGIQUE. GRÈCE. ITALIE. PORTUGAL. PAYS BAS.

VATICAN. POLOGNE. GRECE. HONGRIE. BULGARIE. SERBIE. TURQUIE…

 

ALGERIE. MAROC. TUNISIE.

CONGO. DAHOMEY. MADAGASCAR. SENEGAL. AFRIQUE du SUD. EGYPTE.

CHINE. CORÉE. JAPON. INDE. USA. CANADA. MEXIQUE. AUSTRALIE…

 

© Copyright lillecomics.com

 

Voir: Le Petit Journal. Le Petit Parisien.

 

 

LILLE COLLECTIONS. Mardi au Dimanche. 14h à 18h.

N°11, GALERIE du THÉATRE. Marché de la Vieille Bourse.

Vieille Bourse. Place du Général de Gaulle. En face du FURET du NORD. METRO: RIHOUR.

 

A LILLE. Vente et Achat: Le Petit Journal. Le Petit Echo de la Mode, Cartes Postales.

 

 

CARTES POSTALES. MONNAIES. BILLETS. DISQUES.

PETIT JOURNAL. ART DE LA TABLE. VERRES.

 

LILLE COLLECTIONS